Après les consultations médicales téléphoniques, Axa se lance dans la télécabine

Après les consultations médicales téléphoniques, Axa se lance dans la télécabine

Sophie Martos
| 12.01.2018
  • teleconsultation

    Après les consultations médicales téléphoniques, Axa se lance dans la télécabine

Invité de l'émission TV « Les Échos » le 11 janvier, le PDG d'Axa France, Jacques de Peretti, a annoncé l'arrivée prochaine de télécabines (de téléconsultation) pour ses entreprises clientes. « La télécabine permettra d'enregistrer des examens complémentaires comme la tension, la rétine, etc. de manière à aller plus loin dans la capacité à faire un diagnostic et aider nos clients », explique-t-il. Le patient sera « aidé et supporté par un médecin à distance pour utiliser cette télécabine », ajoute-t-il. L'objectif serait d'installer une trentaine de structures d'ici à la fin d'année.

Autre initiative : Axa, pionnier des consultations médicales par téléphone 24 h/24 pour les clients de sa complémentaire santé collective, élargit son offre aux spécialistes – cardiologues, gastroentérologues et diététiciens. Lancée en 2016, cette activité a enregistré un bilan d'étape satisfaisant, selon l'assureur. Axa réalise plus de « 1 000 téléconsultations par mois », revendique son PDG. 

Le lancement de ce service avait été vivement critiqué dans la profession. La rémunération des praticiens par l'assureur, la question de la prescription, l'accès aux données personnelles ou le contournement du médecin traitant figuraient parmi les points critiqués.

L’Ordre des médecins avait pointé le risque d'un système « en marge du médecin traitant et du parcours de soins ». La CSMF affichait également sa méfiance. « Sans connaître le patient, sans son dossier médical, sans l’antériorité des prescriptions déjà réalisées, quid de la qualité de la consultation et de la prescription », interrogeait la centrale de Jean-Paul Ortiz.  

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
revel

4 500 euros par généraliste: « Nous essuyons un peu les plâtres avec la nouvelle ROSP », reconnaît le patron de la CNAM

« Nous avions prévu ce risque de trou d’air dans les résultats et la rémunération », explique au « Quotidien » le patron de la CNAM au sujet de la ROSP 2017. Nouveaux indicateurs, changement de périmètre : Nicolas Revel assume cette refonte « nécessaire » et s'explique sur la clause de sauvegarde qui « garantit la stabilité de la rémunération totale pour 2017 »… mais pas le montant des primes ind... 23

L'ANSM attribue un « rapport bénéfice risque négatif » au baclofène

BACLOFENE

C'est un coup dur pour le baclofène. Le comité scientifique spécialisé temporaire (CSST) assemblé par l'ANSM vient d'attribuer un « rapport... 2

« Les infirmiers en pratique avancée ne prendront la place de personne », clament des médecins enthousiastes

INFIRMIERE

Dans une tribune publiée le 23 avril par le « Figaro », plusieurs syndicats de carabins (ANEMF), d'internes (ISNI, ISNAR-IMG), de médecins... 3

Rougeole : le HCSP souhaite l'introduction d'une obligation temporaire pour la vaccination des professionnels de santé

Rougeole

Devant la recrudescence des cas de rougeole, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) publie, à la demande de la Direction générale de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter