Prise en charge de l’alcoolo-dépendance - De l’abstinence à la réduction des riques : les généralistes face au changement

Prise en charge de l’alcoolo-dépendanceDe l’abstinence à la réduction des riques : les généralistes face au changement

05.10.2015

Même si le sujet reste parfois tabou, les généralistes ont le sentiment d’avoir des outils pour aborder le problème de la consommation d’alcool avec leurs patients. Et certains soulignent l’intérêt de certains médicaments, de type baclofène ou nalméfène, pour engager la personne dans une démarche de réduction des risques.

  • Un dialogue à ouvrir dans le colloque singulier

« Et vous ? Vous en êtes où avec l’alcool ? » Généraliste à Rambouillet, le Dr Jean Saint-Guily aime bien utiliser cette formule pour aborder le problème de la consommation d’alcool avec ses patient(e)s.

« C’est une formule qui n’est pas stigmatisante et pas axée d’emblée sur la quantité d’alcool que la personne consomme. C’est un paramètre important, certes. Mais ce qui est essentiel aussi, c’est la façon dont elle consomme. Si par exemple un patient boit en fin de journée en...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 17

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment les territoires innovent sous la pressionDes villes moyennes font reculer les déserts

Abonné

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter