Anorexie mentale à l’adolescence

Prévenir pour mieux guérir  Abonné

Publié le 28/10/2013

« DIRIEZ-VOUS que la nourriture domine votre vie ? ». Voilà une des questions à poser à toutes les ados qui frappent à la porte de votre cabinet. Les jeunes filles de 12-18 ans étant considérées comme une « population à risque » d’anorexie mentale. C’est ce que préconisent les recommandations HAS 2010 pour lutter contre cette maladie qui touche aujourd’hui 1 à 3 % de la population adolescente de notre pays. Le médecin traitant s’y voit attribuer une place de choix, centrale dans la prise en charge de l’anorexie mentale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte