Le point de vue de François Jolivet*

Pour un débat apaisé avec les familles, les professionnels et les associations

Publié le 20/02/2020

Le député de l'Indre fait partie de ceux qui ont voté début février contre la proposition de loi UDI allongeant le congé pour décès d'un enfant. Il ne regrette pas son vote et explique pourquoi. Il réclame un dispositif plus ambitieux pour conforter les médecins dans leur role et soutenir les familles endeuillées.

jolivet

Crédit photo : DR

L’immédiateté, l’hyperréactivité, l’emballement numérique, ont une nouvelle fois pris le pas sur la raison. Ils ont confisqué un débat majeur, qui doit s’appréhender avec hauteur, au profit de la lumière des projecteurs et de l’ego des statistiques sur twitter. Dans une société où tout semble s’être accéléré, faire le choix de la visibilité médiatique au prix et mépris des souffrances n’est pas ma conception de l’action publique.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)