L’annonce d’une maladie chronique

En dire ni trop, ni trop peu  Abonné

Publié le 27/10/2014
1414421408557086_IMG_139427_HR.jpg

1414421408557086_IMG_139427_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Quel que soit l’âge du patient, l’annonce d’une maladie chronique doit obéir à certains principes. Parmi ceux-ci, disponibilité, calme et empathie. Des qualités qui ne sont pas un luxe, mais une nécessité, associées, bien sûr, à une information fiable et de qualité. Mais face à un adolescent, cette information doit-elle être calibrée ? Qu’est-il prêt à entendre, et surtout, prêt à accepter ? La réponse est simple, mais toute en subtilité : tout dépend de l’adolescent.

Décentrage et authenticité

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte