Edulcorants, mythes et réalité  Abonné

Publié le 10/06/2014

La saveur sucrée est naturellement agréable, de façon innée chez le nourrisson et même anténatale et le sucre est associé au plaisir de manger. Mais point trop n’en faut. On sait que les boissons sucrées caloriques contribuent à la pandémie d’obésité. Environ 10 édulcorants intenses, soumis à une évaluation toxicologique et à une réglementation très stricte, sont autorisés en Europe pour réduire la teneur en sucre et en calories des produits alimentaires, dont l’utilisation interroge souvent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte