Hypogonadisme hypogonadotrophique

Une mutation familiale rare

- Publié le 17/06/2009
- Mis à jour le 17/06/2009

Dans une famille où le syndrome d’hypogonadisme hypogonadotrophique sans anosmie est présent, une approche par gène candidat à permis d’identifier une mutation sur le gène GNRH1 chez un frère et une sœur, porteurs homozygotes, puis chez les parents et une autre sœur, hétérozygotes. Une mutation probablement très rare, concluent les observateurs.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?