Un puzzle en 3D  Abonné

Publié le 11/09/2014

L’épigénétique pourrait compliquer le démembrement moléculaire des tumeurs.

On n’a en effet pas nécessairement la même carte d’identité tumorale selon que l’on décrypte son génome (ADN) ou l’expression de ce dernier (ARMm, protéines), le phénotype étant sous dépendance de l’épigénétique. Sans compter que certaines altérations épigénétiques, quoiqu’en théorie réversibles, semblent transmissibles d’une génération à l’autre (1). Ce qui laisse certains perplexes...

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte