Maladie polykystique héréditaire atypique

Quand la génétique précise le pronostic

Par
Publié le 29/03/2018
génétique

génétique
Crédit photo : Phanie

Pour rappel, les mutations PKD1 sont associées à des maladies évoluant plus précocement vers l'insuffisance rénale terminale qui apparaît généralement autour de 50-60 ans quand les mutations PKD2  sont associées à une maladie débouchant sur l'insuffisance rénale terminale bien plus tard, aux alentours de 80 ans.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)