Vers un vaccin passif nasal

des super-anticorps contre les virus pandémiques  Abonné

Publié le 03/06/2013
1370248709437508_IMG_106210_HR.jpg

1370248709437508_IMG_106210_HR.jpg
Crédit photo : MediaforMedical

1370248712437603_IMG_106232_HR.jpg

1370248712437603_IMG_106232_HR.jpg

« UN ESSAI CLINIQUE de phase 1 évaluant l’innocuité de ce vaccin passif nasal pourrait débuter dans un an", confie au Quotidien Maria Limberis (Université de Pennsylvanie), première signataire de l’étude. Nous démontrons le principe chez l’animal d’une plateforme technologique qui peut être utilisée dans le contexte d’une pandémie ou d’une attaque biologique pour lesquelles un anticorps neutralisant est disponible ou peut facilement être identifié », explique le Dr James Wilson (Pennsylvanie), qui a dirigé ce travail.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte