Chez des enfants à haut risque génétique

Un vaccin à l’insuline orale se profile contre le diabète de type 1  Abonné

Publié le 23/04/2015
Le pic d’incidence des anticorps anti-îlots de Langherans survient entre 6 mois et 2 ans

Le pic d’incidence des anticorps anti-îlots de Langherans survient entre 6 mois et 2 ans
Crédit photo : PHANIE

Est-ce une question de dose ou de timing ? Sans doute, un peu des deux. Recherché depuis plus d’une décennie, l’intérêt de l’insuline orale en prévention du diabète de type 1 vient d’être prouvé pour la première fois dans une étude internationale de phase 2 (Allemagne, États-Unis, Autriche, Royaume-Uni), l’étude Pre-POINT. Mené chez 25 enfants non diabétiques mais à haut risque génétique, âgés de 2 à 7 ans, cet essai randomisé contre placebo est aussi le premier à avoir administré des doses aussi élevées d’insuline par voie orale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte