Diabétiques avec maladie coronaire stable ou artériopathie périphérique

Plus le risque est élevé, plus il est bénéfique de le prévenir

Par
Pr Serge Halimi -
Publié le 30/04/2020

Une nouvelle analyse de l’essai Compass démontre un bénéfice absolu plus élevé du rivaroxaban dans le cadre du diabète.

Crédit photo : DR

La prévention cardiovasculaire (CV) secondaire (coronaropathies et artériopathie périphérique) est un sujet d’intérêt majeur, et ce encore plus chez les sujets porteurs d’un diabète de type 2 (DT2). D’où l’idée d’étudier le rôle d’une association antiagrégant (aspirine) et anticoagulant (rivaroxaban) versus aspirine seule dans l’essai Compass, que les patients aient un diabète ou non.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)