Chez 10 à 30 % des DT1

L’insulinorésistance en héritage

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 25/03/2019
phénotypage

phénotypage
Crédit photo : PHANIE

« C'est une prise de conscience relativement récente », souligne le Pr Bruno Vergès (CHU de Dijon). Certaines personnes diabétiques de type 1 (DT1) ont un phénotype qui les expose à un risque cardiovasculaire (RCV), voire de néphropathie, accru. Ces patients ont des antécédents familiaux de diabète de type 2 (DT2), une insulinorésistance, une prise de poids plus marquée et des facteurs de risque cardiovasculaire typiques du syndrome métabolique : cholestérol HDL bas, triglycérides élevés et pression artérielle augmentée.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?