L’hormone de la torpeur  Abonné

Publié le 17/09/2015

On

perçoit de mieux en mieux l’importance de la balance entre les grandes voies métaboliques des glucides et des lipides, mais il reste aussi à étudier l’impact de nouveaux facteurs hormonaux de régulation de ces voies tel que le FGF21, avec potentiellement des promesses thérapeutiques à la clé. Sécrétée par le foie et l’intestin, cette protéine entraîne une augmentation de l’oxydation des acides gras intrahépatiques et, parallèlement, une lipolyse du tissu adipeux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte