L’excès de protéines (animales) à éviter

Publié le 17/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

Une équipe de Boston a étudié la relation entre la consommation de protéines et leur origine (animale ou végétale) et le risque de diabète incident, à la fois chez les femmes de la Nurse’s Health Study et les hommes de la Health professional Study. En analyse multifactorielle, la consommation de protéines totales et animales était associée à une augmentation du risque de diabète (1,13 [1,06 – 1,21]) alors que celle des protéines d’origine végétale était associée à une réduction modeste du risque (0,91 [0,84 – 0,98]) lors de la comparaison des quintiles extrêmes.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?