Étude SAVOR

Le dossier sécurité de la saxagliptine s’étoffe  Abonné

Publié le 29/06/2015

Les patients diabétiques de type 2 ont deux fois plus de risque de développer un cancer. Cependant, peu de grandes études randomisées ont analysé ce risque en fonction du type de médicament antidiabétique administré.

Les résultats de l’étude SAVOR permettent de conclure que la saxagliptine (inhibiteur DPP4) n’influe ni la survenue d’un cancer ni sur la mortalité par cancer, lors d’un suivi de 2 ans.

L’étude a porté sur plus de 16 000 patients à haut risque cardiovasculaire (cohorte SAVOR-TIMI 53).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte