Dr Olivier Dupuy, endocrinologue

« Avec les analogues du GLP-1 et bientôt les inhibiteurs de SGLT2, l'avenir est au surmesure »  Abonné

Par
Dr Irène Drogou -
Publié le 19/09/2019
Deux grandes classes d'antidiabétiques ont apporté la preuve de bénéfices sur la santé cardiovasculaire : les analogues du GLP1 utilisés depuis quelques années mais aussi les inhibiteurs de SGLT2, encore non remboursés en France. Le Dr Olivier Dupuy, endocrinologue à l'hôpital Saint-Joseph à Paris, explique comment ces deux classes peuvent s'inscrire dans la stratégie thérapeutique du diabète.

Crédit photo : DR

LE QUOTIDIEN : Comment les analogues du GLP1 s'inscrivent-ils dans la stratégie thérapeutique ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte