Détersion

Quelle place pour la larvothérapie ?  Abonné

Publié le 11/02/2013

MÉTHODE locale de traitement des plaies chroniques, le recours à des larves de mouche se développe depuis quelques années. Le concept n’est pas nouveau : l’utilisation médicale de larves date de la fin des années 1920, mais avait été quasi-abandonnée avec l’arrivée des antibiotiques. Cette approche connut un regain d’intérêt au début des années 1990, notamment grâce aux progrès effectués dans la production « stérile » de larves et dans le développement de nouveaux conditionnements, à la fois plus pratiques pour le personnel soignant et plus acceptable par les patients.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte