Chez les coronariens en FA

Un anticoagulant plutôt qu’un antiagrégant  Abonné

Publié le 05/12/2012

« Même s’il est à faible risque, un sujet coronarien ayant une fibrillation atriale (FA) tire davantage profit d’un traitement anticoagulant que d’un traitement antiagrégant plaquettaire ». Telle est la conclusion des du travail présenté par Le Pr Laurent Fauchier (Tours), réalisé à partir des données des 883 sujets coronariens qui avaient une fibrillation atriale et un score CHADS2 de 0 ou de 1 inclus dans le registre regroupant les 8 962 patients hospitalisés au CHU de Tours entre 2000 et 2010.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte