Aspirine en prévention primaire

Pas de bénéfice prouvé  Abonné

Publié le 16/02/2015

L’étude PHS sur 22 000 hommes avait montré une réduction nette des infarctus du myocarde sous aspirine (ASA), sans impact sur la mortalité totale ou cardiovasculaire.

« Ceci a été à l’origine de stratégies fondées sur l’hypothèse que plus le risque serait élevé, plus l’ASA pourrait être bénéfique », indique le Dr Diévart.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte