Neuropathies médicamenteuses

Prouver l’imputabilité est souvent défaut  Abonné

Publié le 06/05/2013

« IL EST TOUJOURS difficile d’apporter la preuve de l’association entre une molécule et une complication. En particulier, l’association temporelle n’est pas toujours retrouvée », a rappelé le Dr Pierre Lozeron. Mais si la preuve et les mécanismes de la toxicité font parfois défaut, des neuropathies axonales, démyélinisantes, voire des ganglionopathies, sont décrites en association avec la prescription de nombreuses molécules.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte