Jules Hoffmann, sous le signe des insectes  Abonné

Publié le 05/10/2011
1317908773286946_IMG_68545_HR.jpg

1317908773286946_IMG_68545_HR.jpg
Crédit photo : CNRS

Le CNRS avait senti le vent venir. Le 22 septembre dernier, l’éminente institution remettait sa plus haute distinction, sa Médaille d’or, à Jules Alphonse Hoffmann, pour « ses travaux sur l’étude des mécanismes génétiques et moléculaires responsables de l’immunité innée chez les insectes ». Onze jours plus tard il reçoit le prix Nobel de médecine et physiologie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte