Au congrès de la Société européenne de soins intensifs à Paris

Des modes en réa tombent à plat  Abonné

Par
Publié le 29/10/2018
REA

REA
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

Le délire en réanimation est souvent traité par l'administration d'antipsychotique. Sans aucun bénéfice en termes de durée, selon l'étude MIND-USA (1) réalisée avec le soutien académique des Instituts nationaux de la santé américains.

L'étude américaine a évalué l'effet de deux antagonistes dopaminergiques (halopéridol, ziprasidone) versus placebo avec comme critère principal le nombre de jours sans délire ou sans coma (sur les 14 jours d'intervention).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte