Voies descendantes de la douleur

Une régulation de l’influx douloureux  Abonné

Publié le 24/04/2012
1335230405342939_IMG_82361_HR.jpg

1335230405342939_IMG_82361_HR.jpg

1335230403342936_IMG_82359_HR.jpg

1335230403342936_IMG_82359_HR.jpg

1335230406342940_IMG_82362_HR.jpg

1335230406342940_IMG_82362_HR.jpg

1335230405342938_IMG_82360_HR.jpg

1335230405342938_IMG_82360_HR.jpg

DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, les voies de la douleur sont explorées par les chercheurs en sciences fondamentales pour mieux les comprendre. La voie ascendante (ou spinothalamique) est maintenant assez bien connue et de compréhension aisée : le message nociceptif est acheminé au cortex cérébral, etc. (lire encadré). Cependant les voies sont beaucoup plus complexes. Elles sont souvent responsables d’un rétrocontrôle de l’information douloureuse par facilitation ou inhibition de l’influx nerveux correspondant.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte