E-cigarette : faut-il interdire le goût menthe, parfum préféré des jeunes Américains ?

Par
Dr Irène Drogou -
Publié le 05/11/2019

Crédit photo : AFP

Comment enrayer l'engouement des jeunes pour la e-cigarette ? La question d'interdire certains liquides aromatisés se pose avec insistance aux États-Unis où l'ampleur du phénomène inquiète.

Dans le « JAMA », une étude californienne menée chez 1 739 collégiens et lycéens ayant vapoté dans les 30 derniers jours une e-cigarette Juul révèle que la menthe est le parfum le plus populaire chez les lycéens et le 2e préféré après la mangue chez les collégiens.

L'auto-questionnaire listait les 8 parfums proposés par le leader Juul, qui concentre 75 % des ventes sur le marché américain en 2018 : tabac classique, crème, concombre, fruit, mangue, menthol, menthe, tabac de Virginie.

Menthe et mangue, loin devant le goût tabac

Dans l'étude, chez les lycéens de seconde (n = 719), le parfum préféré était à 43,5 % la menthe, devant la mangue (27,3 %) et l'arôme fruit (10,8 %). Chez les élèves de terminale (n = 690), la menthe arrivait aussi en première position (47,1 %), suivie de la mangue (23,8 %) et de l'arôme fruit (8,6 %).

Pour les plus jeunes, 330 collégiens en classe de 4e, la mangue arrivait en première place (33,5 %), avant la menthe (29,2 %) et l'arôme fruit (16,0 %). Quel que soit l'âge, les autres parfums peinaient à convaincre (prévalence < 6 %), le goût tabac totalisant moins de 2 % chez les jeunes utilisateurs.

Le leader Juul essaie de sauver les meubles

L'agence du médicament américaine, la Food and Drug Administration (FDA), qui est également en charge des dispositifs délivrant de la nicotine, réfléchit actuellement à des mesures de régulation de la vente des cigarettes électroniques aromatisées.

Alors que le président Donald Trump avait annoncé début septembre l'interdiction des cigarettes électroniques aromatisées, autres que le goût tabac, d'ici mai 2020, des municipalités ont d'ores et déjà interdit les ventes de liquides aromatisés à l'exception des goûts menthe, menthol et tabac, voire tous les parfums autres que le tabac ou même l'ensemble des ventes comme à San Francisco.

Sentant le vent tourner, le géant Juul avait volontairement suspendu les ventes de parfums autres que menthe, menthol et tabac. Pour les auteurs, il est légitime d'avoir des doutes sur le bien-fondé de régulations qui exempteraient les parfums menthe et sur le fait qu'il s'agisse de « stratégies optimales pour réduire le vapotage des jeunes », est-il écrit.

 

Dr Irène Drogou

Source : lequotidiendumedecin.fr