Nouvelle édition de « l'Incroyable Histoire de la médecine »

De la préhistoire au Covid-19

Par
Publié le 23/06/2020
Le Covid-19 a déjà fait son entrée dans l'histoire. Plus précisément dans « l'Incroyable Histoire de la médecine », l'excellente BD signée par le Pr Jean-Noël Fabiani et le dessinateur Philippe Bercovici, dont sort demain une nouvelle édition augmentée de 32 pages inédites, avec 8 nouveaux chapitres.

Le Covid-19 n'a pas eu de mal à gagner ses galons de catastrophe. Il a droit à une page dans le chapitre consacré à « quelques grands fléaux modernes » (le scorbut, la guerre, le paludisme, le sida et Ebola). Une page qui se conclut sur une constatation présumée réconfortante : « Ce fut la première fois dans l'histoire des épidémies que les dirigeants firent passer la santé des populations avant des considérations financières… »

Autre nouveauté de cette 2e édition : les femmes médecins (surtout ne pas établir de parallèle entre les deux entrées). Le chapitre raconte l'histoire d'Agnodice d'Athènes, qui se déguisa en homme pour étudier la médecine et pratiquer la gynécologie ; dénoncée par des jaloux, elle fut jugée mais les femmes des citoyens de la ville obtinrent son acquittement. Hildegarde de Bingen, Dorotea Bocchi, Madeleine Brès, Elizabeth Garrett suivront, jusqu'à Francine Leca.

Les sages-femmes et les infirmières (Florence Nightingale, bien sûr) ont aussi désormais leur chapitre. Tout comme l'Église (au Moyen Âge et à la Renaissance), pour avoir été longtemps le seul recours des malades et avoir « inventé l'hôpital en Europe », et pour les débats sur les dissections et les dons d'organe.

L'histoire de la réanimation (avec les interrogations du Pr Jean Hamburger sur le choix de ce terme) et celle de l'hôpital méritaient bien chacune un chapitre à part entière. À côté de deux sujets de préoccupations actuelles, à deux échelles bien différentes : les régimes alimentaires (celui de Banting, se résumant à viandes maigres et légumes, fut essayé par Napoléon III et Zola) et le climat (dont Hippocrate soulignait déjà l'importance). Où l'on retrouve l'une des grandes menaces de l'époque, le réchauffement qui favorise l'acclimatation d'espèces vectrices de nouvelles pathologies. « Je suis arrivé en Europe avec la dengue et le chikungunya », dit le moustique tigre - « Moi, j'attends mon heure. Mais c'est pour bien bientôt », répond l'anophèle, vecteur du paludisme.

Jean-Noël Fabiani dirige l'enseignement de l'histoire de la médecine à l'université Paris-Descartes. Philippe Bercovici a signé une centaine d'albums, dont la série « les Femmes en blanc ».

Renée Carton

Source : Le Quotidien du médecin