À l'épreuve de la longévité

L'art de vieillir jeune  Abonné

Par
André Masse-Stamberger -
Publié le 16/06/2020
Dans nos sociétés, « la vie a cessé d'être brève », l'espèce humaine joue les prolongations, ce qui entraîne de profondes modifications dans notre rapport à autrui, et au monde en général, domaines que le philosophe analyse avec un mélange de précision et d'humour.

Le livre de Pascal Bruckner s'ouvre sur une percutante constatation : nous avons gagné trente ans d'espérance de vie depuis 1900, l'équivalent d'une existence au XVIIe siècle. L'espérance de vie, qui était de 30 à 35 ans en 1800 est passée de 45 à 50 ans en 1900 et nous gagnons chaque année trois mois supplémentaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte