Editorial

Perdu par la passion de l’art  Abonné

Publié le 05/02/2015

Demain s’ouvre à Perpignan le procès d’un système de corruption orchestrée dans une petite ville, Saint-Cyprien, par son maire médecin. Mais celui-ci, le Dr Jacques Bouille, ne s’assiéra pas sur le banc des prévenus : il s’est suicidé en prison il y a six ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte