Le point de vue du Dr François Blanchecotte*

Pour un desserrement raisonné de la communication auprès du public

Publié le 03/02/2020

Ce biologiste qui préside depuis trois ans le Centre national des professions de santé (CNPS) prend acte de l'abrogation de l'interdiction totale de publicité qui s'imposait jusque cet automne au corps médical. Il souligne néanmoins que la médecine n'est pas un commerce et appelle à la définition d'un cadre précis permettant la diffusion d'informations « objectives, utiles, claires et non trompeuses. »

Faut-il autoriser la publicité aux médecins ? Sous son aspect provocant, la question n’est-elle pas d’ores et déjà dépassée depuis la récente décision du Conseil d’État du 6 novembre 2019 ?

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)