En Corse, Macron marque aussi la présence de l'État sur la santé

Par
Anne Bayle-Iniguez -
Publié le 08/02/2018
macron bastia

macron bastia
Crédit photo : AFP

Dans un discours prononcé mercredi à Bastia, Emmanuel Macron a évoqué la problématique délicate de l'accès aux soins en Corse, à l'hôpital et en ville.

Évoquant la nécessité de « marquer [la] présence » de l'État dans les politiques publiques, le chef de l’État a illustré son propos en rappelant son implication dans le financement de l'offre hospitalière sur l'île. « La construction du nouvel hôpital d'Ajaccio à hauteur de 130 millions d'euros, prise en charge à 100 % par l'État, et la première tranche de la rénovation de celui de Bastia pris en charge également à 100 % par l'État contribueront à l'amélioration de l'offre de soins sur l'île », a-t-il lancé.

Le président de la République a pointé les infrastructures sanitaires locales mal en point. L'hôpital d'Ajaccio a connu une période peu glorieuse d'administration provisoire. Celui de Bastia a vu fin 2017 ses salariés entamer une grève de la faim pour obtenir une aide substantielle de l'État. « En ce qui concerne l'hôpital de Bastia, nous débloquerons les crédits nécessaires pour assurer la deuxième tranche de modernisation », a assuré Emmanuel Macron.

Le doublement du nombre de maisons de santé en Corse aussi

Le locataire de l'Élysée n'a pas oublié la médecine de ville : « Ces investissements devront s’accompagner également d’une gestion plus rigoureuse, ensuite d’un travail consistant à compléter cette offre, en consolidant une offre de soins libérale et en installant des maisons de santé sur l’ensemble du territoire. L'engagement du doublement des maisons de santé sera évidemment conduit à terme, là aussi en Corse avec un suivi spécifique. »

Emmanuel Macron a eu un mot sur la prise en charge au sein des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). « Je pense à l’effort significatif qui doit être fait pour l’accompagnement des personnes âgées. Le taux d’équipement de la Corse est deux fois moins élevé que sur l’ensemble du territoire national. Cette situation ne peut plus durer. »

Le Président a clos le chapitre santé en demandant à Agnès Buzyn « de travailler avec les élus à un plan d’infrastructure et d’équipement pour garantir l'accès aux soins en Corse comme partout ailleurs ». Ce plan sera présenté « à l’été prochain ».


Source : lequotidiendumedecin.fr