Avant, pendant et après la crise

Asthme : des urgences à standardiser

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 24/01/2019
encadré1

encadré1
Crédit photo : DR

asthme

asthme
Crédit photo : Phanie

encadré2

encadré2
Crédit photo : DR

D'après ASUR 2, près de trois-quarts des asthmatiques arrivent aux urgences dans des situations graves, exacerbations sévères ou authentiques asthmes aigus graves menaçant le pronostic vital. Un tiers des décès surviennent chez les moins de 45 ans, chez lesquels on ne peut incriminer les comorbidités, ce qui est inacceptable et témoigne d'une sous-estimation de la gravité de la crise, d'un manque de connaissance des signes d'alerte devant amener à une consultation médicale en urgence, et en particulier la résistance aux bronchodilatateurs (BD).

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)