L’inflammation dans l’asthme sévère

Une alternative partielle à la corticothérapie  Abonné

Publié le 21/05/2015

« Les recommandations sur l’asthme, qui pourtant s’appuient sur un dogme fort d’administrer une thérapie inhalée en première attention à tous les asthmatiques, reconnaissent la possibilité de certaines limites à cette stratégie, car certains malades n’ont pas un phénotype inflammatoire et la présentation de ces patients est hétérogène », expose le Pr Alain Didier, pneumologue et allergologue au CHU de Toulouse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte