Erreurs médicales

Se concerter pour moins se tromper  Abonné

Par
Publié le 11/06/2018

Le contexte des urgences augmente le risque d’erreurs médicales, qu’une étude avait évalué à 10 % en 2013 (2). Elle suggérait également que les échanges entre médecins pourraient réduire ce risque. Ces erreurs peuvent être sans conséquences (ce qu’on appelle les near miss) ou au contraire graves, avec des complications temporaires ou définitives pour le patient.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte