Taux d'uricémie

Quel impact sur la mortalité ?  Abonné

Par
Christine Fallet -
Publié le 04/07/2019

La goutte étant associée à une augmentation du risque cardiovasculaire et de décès, une étude rétrospective a déterminé si le maintien d'une uricémie < 60 mg/L était associé à une diminution de la mortalité. Elle a inclus 1193 patients entre 1992 et 2017 : 92 % d'hommes, âge moyen 60 ans, durée de la goutte 6,8 ans, 3 à 4 crises dans l'année précédente et une uricémie moyenne de 91 mg/L. 16,3 % des patients avaient une uricémie > 60 mg/L malgré le traitement. Le suivi moyen était de 48 mois, soit 4830 patients-années.158 décès (13 % de mortalité) ont été enregistrés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte