Prurit de la gale

Des médiateurs autres que l'histamine  Abonné

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 17/01/2019
gale

gale
Crédit photo : CATH WADFORTH/SPL/PHANIE

Si le prurit, souvent intense et insomniant, est un des symptômes les plus fréquents de la gale, il peut persister plusieurs semaines après le traitement et entraîner des complications infectieuses, secondaires aux lésions de grattage. Les antihistaminiques H1 sont peu efficaces, ce qui témoigne de la probable implication d'autres médiateurs, intervenant au niveau des récepteurs spécifiques des fibres sensorielles épidermiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte