Au sein d’une unité médico-judiciaire au CHU de Rennes

Une salle pour l’audition des mineurs victimes de violences  Abonné

Publié le 14/04/2014
1397438000514443_IMG_127523_HR.jpg

1397438000514443_IMG_127523_HR.jpg
Crédit photo : OLIVIER QUARANTE

Depuis juin dernier, gendarmerie et police nationale peuvent solliciter le service de médecine médico-légale pour utiliser la nouvelle salle d’audition des mineurs de Rennes.

En fait, deux pièces séparées simplement par une vitre sans tain : dans l’une, aménagée et décorée selon un cahier des charges qui ne laisse rien au hasard, est accueilli l’enfant victime d’infractions sexuelles, avec près de lui un enquêteur ; dans l’autre, se place un second enquêteur, chargé de piloter l’enregistrement de l’audition, ce qui a été généralisé depuis 1999.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte