Procès Mediator : « un ratage, un échec », l'Agence du médicament fait son mea culpa

Publié le 30/01/2020

Crédit photo : S. Toubon

« Un ratage. » En ne suspendant pas dès « 1999 » la commercialisation de ce coupe-faim, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), jugée à Paris aux côtés des laboratoires Servier dans l'affaire du Mediator, a assumé mercredi « sa part de responsabilité » dans ce « drame » sanitaire.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)