Lutte contre la pauvreté des jeunes : la concertation est lancée

Par
Coline Garré -
Publié le 05/12/2017

Agnès Buzyn a lancé officiellement ce 4 décembre la concertation sur la nouvelle stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté, des enfants et des jeunes, stratégie qui sera remise à Emmanuel Macron en avril 2018.

L'objectif est « d'éviter que les enfants tombent dans la pauvreté, et que les enfants pauvres d'aujourd'hui ne deviennent les pauvres de demain », a expliqué la ministre des Solidarités et de la Santé, disant vouloir s'attaquer à « une forme de déterminisme social insupportable ».

Trois millions d'enfants en France - soit un enfant sur cinq - vivent sous le seuil de pauvreté. Le taux de pauvreté s'élève à 14 % de la population.

Cette concertation, organisée par la délégation interministérielle à la prévention et à la lutte contre la pauvreté, incarnée par Olivier Noblecourt, mobilisera l'ensemble des acteurs (associations, collectivités territoriales, élus, personnes concernées). D'ici le mois de mars, dix journées d'échanges seront organisées en régions, dont une en outre-mer. En parallèle, six groupes de travail thématiques vont étudier les moyens d'éradiquer la pauvreté des enfants, de favoriser l'insertion des jeunes, d'améliorer la prévention (groupe présidé par Olivier Véran, et la présidente du Secours Catholique Véronique Fayet), de renforcer l'accès aux droits et la lutte contre l'exclusion, et d'impliquer les collectivités territoriales. Ils rendront leurs synthèses mi-mars.

En janvier, un espace internet dédié permettra à tout citoyen de lui faire part de ses réflexions.

Agnès Buzyn a identifié quatre principaux chantiers : la construction d'une politique affirmée de prévention dans le droit commun, le repérage précoce des personnes pauvres, leur accompagnement spécifique et le renouvellement de la gouvernance.

Emmanuel Macron avait esquissé cette future stratégie à l'occasion de la Journée mondiale du refus de la misère, le 17 octobre, après son annonce en septembre dernier par la ministre de la Santé.


Source : lequotidiendumedecin.fr