Un congrès international sur la périnatalité

Le néonaticide ne peut s’expliquer par le déni de grossesse  Abonné

Publié le 03/10/2012
1349226954376088_IMG_90391_HR.jpg

1349226954376088_IMG_90391_HR.jpg
Crédit photo : Jerome Panconi

1349226955376125_IMG_90399_HR.jpg

1349226955376125_IMG_90399_HR.jpg
Crédit photo : Jerome Panconi

LE QUOTIDIEN DU MÉDECIN - Les avocats et, par voie de conséquence, les médias évoquent quasi-systématiquement la notion de déni de grossesse dans les affaires de néonaticide. Dans votre étude, vous montrez que ce parallèle est non seulement faux mais contre-productif...

Dr ANNE TURSZ - Il n’y a pas une seule étude qui permette de mesurer la fréquence de l’association entre néonaticide et déni de grossesse, deux phénomènes qui restent rares. Pour une raison très simple : c’est que leur source d’informations sont différentes et n’ont jamais été croisées.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte