Dr G. Canaud (Necker) : « Avec une efficacité aussi spectaculaire dans le syndrome de CLOVES, il faut tout faire pour que ce traitement voie le jour ! »  Abonné

Par
Publié le 18/06/2018
canaud

canaud
Crédit photo : DR

Le syndrome de CLOVES est une maladie monogénique rare, que sait-on de son incidence ?

C'est tout le problème : nous n'en avons aucune idée ! Il y a environ 180 syndromes génétiquement prouvés en France. La grosse difficulté, c'est que la mutation « gain de fonction » du gène PIK3CA à l'origine de la pathologie apparaît au cours de l'embryogenèse, et que cela crée une grande variabilité dans l'expression de la maladie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte