Rougeole à Poitiers : une possible contamination au CHU ?

Par
Fabienne Rigal -
Publié le 14/02/2018
poitiers rougeole

poitiers rougeole
Crédit photo : AFP

La femme de 32 ans décédée de la rougeole au CHU de Poitiers pourrait avoir été contaminée aux urgences. C’est en tout cas ce qu’a affirmé la mère de la victime, ajoutant au micro de France Bleu Poitou qu’elle accompagnait alors son père malade aux urgences, où elle est arrivée « en pleine épidémie de rougeole, sans aucune mesure de prévention mise en place, avec plein de gens sans masque ». Elle précise que quand sa fille était enfant, on ne lui a pas demandé de la vacciner contre la rougeole et qu’il ne s’agit pas d’un refus de vaccin de sa part. (NB : le vaccin antirougeoleux a été introduit en 1983 dans le calendrier vaccinal).

Invitée à réagir à ces propos sur France Inter, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a indiqué qu’elle n’avait « pas les éléments pour conclure (quant à la possible contamination aux urgences, N.D.L.R.) », et qu’elle attendait « de savoir ce qui serait dit par l’hôpital ».

Port de masque, éviction du personnel…

À l'agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle Aquitaine, le Dr Pascal Fabre, de la cellule de veille, d’alerte et de gestion sanitaire, indique au « Quotidien » que pour l'heure on « ne peut pas conclure à la nosocomialité de cette contamination ». Il ajoute qu’un premier signal alarmant sur des cas de rougeole a été transmis à l’ARS le week-end du 20-21 janvier et que des instructions générales ont été envoyées aux établissements de santé de la région le mardi 23 janvier.

Ces instructions précisaient entre autres l’importance du port du masque chirurgical, l’éviction du personnel soignant contact non vacciné et non immunisé, et l’identification des personnes qui avaient pu être en contact avec des patients atteints de rougeole. Le Dr Fabre note toutefois que l’on « n’enregistre pas l’accompagnant », et que la personne décédée n’a pas été recontactée ensuite. Il ajoute qu’il n’y a pas de patients en réanimation actuellement pour rougeole, malgré quelques cas sporadiques, sans particularité.

Un carnet de vaccination électronique ?

La ministre de la Santé a par ailleurs insisté sur la couverture vaccinale insuffisante, et le fait que les cas de rougeole sont survenus principalement chez des gens non ou insuffisamment vaccinés. Pour répondre à ce problème de vaccination insuffisante, la ministre a confirmé la mise en place en 2018 d’un carnet de vaccination électronique accessible à tous.


Source : lequotidiendumedecin.fr