Rougeole : décès d'une femme de 32 ans au CHU de Poitiers, les autorités alertent

Rougeole : décès d'une femme de 32 ans au CHU de Poitiers, les autorités alertent

Fabienne Rigal
| 13.02.2018
  • poitiers

    Rougeole : décès d'une femme de 32 ans au CHU de Poitiers, les autorités alertent

L’ARS de Nouvelle Aquitaine a annoncé le décès d’une femme de 32 ans, au CHU de Poitiers, le 10 février. « La rougeole a entraîné des complications graves chez cette patiente. Elle a été accueillie au CHU le 1er février, puis a été orientée compte tenu de son état de santé en service de réanimation le 2 février. Elle n’était pas vaccinée contre cette maladie », indique l’ARS dans un communiqué. Le CHU de Poitiers ajoute que le décès est survenu « suite à des complications de la rougeole dans un contexte de comorbidités sévères et complexes »

54 agents vaccinés au CHU après le début de l’épidémie

Le CHU indique par ailleurs avoir « accueilli 22 personnes contaminées par la rougeole dont 10 enfants et 4 membres du personnel. Aucun de ces patients n’est hospitalisé à ce jour. » L’hôpital précise les mesures mises en place dans l’établissement, indiquant que « sur la totalité des personnes prises en charge, 5 ont pu contracter la maladie au contact d’un autre patient au CHU de Poitiers lors de l’apparition des premiers cas. Dès le début de l’épidémie, l’établissement a décidé d’imposer le port d’un masque pour toute personne se présentant aux services d’urgences adultes et pédiatriques. Cette mesure a été étendue aux services dont les patients présentent une fragilité particulière ».

S’agissant du personnel salarié de l’établissement, « les mesures de protection seront maintenues jusqu’à ce que le statut vaccinal des agents soit confirmé. À ce jour, 54 agents ont dû être vaccinés », relève l'hôpital.

Pour « éviter au maximum la propagation du virus », l'ARS a de son côté annoncé un certain nombre de mesures dès le diagnostic de cas dans les centres hospitaliers : filière dédiée à la prise en charge des cas, précautions sanitaires strictes pour éviter de multiplier les contacts. Une recherche des cas contacts a été menée autour de chaque patient atteint au sein de l’établissement. Cette investigation est également réalisée, par les équipes de l’ARS et de la Cire (Santé publique France), auprès des personnes atteintes de rougeole et non hospitalisées. »

Les mesures de prévention rappelées par l’ARS

L’ARS rappelle que pour se protéger et protéger les autres, la priorité est la vaccination, précisant qu'en « période d'épidémie, il est préférable de vacciner sans réaliser de sérologie, quel que soit l'âge ». En cas d’exposition avec un cas de rougeole chez un individu non immunisé, « une vaccination dans les 72 heures peut stopper la maladie ».

Pour les professionnels de santé, l’ARS rappelle que la rougeole est une maladie à déclaration obligatoire.« Pour déclarer un cas ou même une suspicion, téléchargez le formulaire Cerfa (sur leur site, N.D.L.R.) et renvoyez-le par courriel à ars33-alerte@ars.sante.fr, ou appelez au 0.809 .400.004. L’ARS insiste pour que les professionnels de santé adressent leur « déclaration au plus vite, même pour une suspicion de rougeole et sans attendre les résultats biologiques ».

Vaccination des professionnels de santé

La Direction générale de la santé insiste, pour sa part, sur la vaccination des professionnels de santé : « En milieu de soins, les professionnels de santé dont les antécédents de vaccination ou de rougeole sont incertains sont invités à jour leur vaccination pour éviter la propagation de cette maladie et protéger les patients les plus fragiles. »

En France, entre le 1er novembre 2017 et le 30 janvier 2018, 283 cas de rougeole ont été recensés. Les départements de la Gironde et de la Vienne sont, depuis novembre 2017 les plus touchés. Entre le 1er novembre 2017 et le 6 février 2018, 213 cas sont confirmés en Nouvelle Aquitaine et 57 hospitalisations ont été nécessaires (plus d'1 cas sur 4). Près de 90 % des cas n'étaient pas ou mal vaccinés. L’ARS ajoute qu'en Nouvelle Aquitaine, la couverture vaccinale ROR 2 doses chez les enfants de 2 ans en 2015 est inférieure à 80 % dans la majorité des départements.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 120 Commentaires
 
jacques T Médecin ou Interne 21.02.2018 à 08h34

@ Cyrille V
En cherchant des documents sur les cas de transmission d'hépatite B dans les collectivités d'enfants, j'ai trouvé 1 document de synthèse :
Risque de contamination horizontale au sein de Lire la suite

Répondre
 
CYRILLE V Médecin ou Interne 22.02.2018 à 00h07

@Jacques T
Je viens de trouver un lien sur le site de l'OMS qui date de juillet 2017
http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs204/fr/

Répondre
 
jacques T Médecin ou Interne 23.02.2018 à 23h34

Merci beaucoup !!!!!

Répondre
 
Globuline Médecin ou Interne 17.02.2018 à 15h01

PHB cite André LWOFF : né en 1902, ses travaux ne sont plus d'actualité face à la médecine moderne...
PHB est un adepte de la vitamine C face aux cancers, comme le préconisent certains charlatans Lire la suite

Répondre
 
CYRILLE V Médecin ou Interne 17.02.2018 à 17h17

Rappelons qu'il propose de soigner la polio à grand coup de perfusions de vitamine C...

Répondre
 
CYRILLE V Médecin ou Interne 17.02.2018 à 14h26

Les antivax sont les meilleurs promoteurs de la vaccination...pourvu qu'on leur demande des explications : Lire la suite

Répondre
 
Globuline Médecin ou Interne 17.02.2018 à 15h13

Merci pour cet article. Très bonne synthèse.

Répondre
 
CYRILLE V Médecin ou Interne 17.02.2018 à 14h23

Selon l’OMS, la mortalité de la rougeole varie de deux pour mille à trente pour cent en fonction de l’état de santé des populations concernées :
http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs286/fr/ Lire la suite

Répondre
 
Globuline Médecin ou Interne 17.02.2018 à 10h54

Bonjour à tous et à vous, cher Pierre Henri B : je vois que nos arguments scientifiques ne vous ont toujours pas fait revenir à la raison. Vous poursuivez votre quête antivax tel le Chevalier blanc ! Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 27

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 25

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter