Après les remous de #MeToo

Il faudra réinventer les codes

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 23/04/2019
nouveaux codes

nouveaux codes
Crédit photo : PHANIE

Un certain nombre de femmes, même et surtout les plus jeunes, décrient le féminisme, oubliant ses combats historiques. Elles se disent égalitaristes ou adeptes de la méritocratie. En réponse à #MeToo, on a vu en France 100 femmes défendre la « liberté d'importuner », craignant que ne disparaissent les jeux de séduction. Le masculinisme, mouvement de réaction au féminisme, se diffuse et organise même des stages de virilisation, dénonçant le « terrorisme féministe » responsable d'une crise identitaire masculine.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?