Didier Tabuteau : « Tous les acteurs ont peur »

- Publié le 12/03/2009
- Mis à jour le 12/03/2009
LE QUOTIDIEN - La réforme des ARS est présentée comme consensuelle, au-delà des clivages politiques, pourtant on ne sent pas une adhésion franche et massive des professionnels de santé. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

DIDIER TABUTEAU - C’est une transformation importante et attendue, mais tous les acteurs en ont peur. Les médecins de ville ont peur d’être contraints par une planification, le médico-social a peur d’être dévoré par le sanitaire, l’hospitalier a peur de perdre son interlocuteur régulier qu’est l’ARH (agence régionale de l’hospitalisation).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?