Testés par voie nasale chez la souris

Des candidats vaccins contre les infections urinaires à E. coli

Publié le 17/09/2009
- Mis à jour le 17/09/2009
1276102689F_600x_85002_IMG_18749_1253245701708.jpg

1276102689F_600x_85002_IMG_18749_1253245701708.jpg
Crédit photo : S TOUBON

S’IL EST BIEN un fléau à la fois bruyant et silencieux c’est Escherichia coli. Avec sa responsabilité dans plus de 80 % des infections urinaires non compliquées, la bactérie mérite plus que des traitements antibiotiques, elle justifie à elle seule un vaccin. C’est la démarche que viennent d’entreprendre des chercheurs d’Ann Harbor (États-Unis), avec un certain succès, chez la souris. Ils insistent sur un point majeur à leurs yeux : la stratégie fondamentale de développement d’un vaccin doit plutôt cibler une classe entière de protéines plutôt qu’une seule protéine.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?