Un système de santé inégalitaire sur fond de corruption

Le regard tout en nuance de Français expatriés à Moscou  Abonné

Publié le 14/12/2011
1323828843309827_IMG_74185_HR.jpg

1323828843309827_IMG_74185_HR.jpg
Crédit photo : D Chardon

1323828845309977_IMG_74210_HR.jpg

1323828845309977_IMG_74210_HR.jpg

DE NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE

SOPHIE ANDREOLI a été la première Française à faire ses études de médecine en Russie. Six ans de cursus pour devenir généraliste. Elle consulte à domicile, à Moscou. Ses patients sont français. Les Russes vont directement chez le spécialiste, car « ils voient les généralistes comme des sous médecins ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte