Midazolam, neuroleptiques... la HAS appelle les autorités à modifier la loi sur les médicaments de la fin de vie  Abonné

Par
Coline Garré -
Publié le 10/02/2020

La Haute Autorité de santé publie, ce 10 février, des recommandations de bonne pratique sur l’antalgie des douleurs rebelles et sur les pratiques sédatives chez l’adulte en situations palliatives. À cette occasion, elle demande aux pouvoirs publics de faciliter la prescription et la dispensation de ces médicaments en ville.

Le médecin décide d'une réhospitalisation, pour ne pas faire porter à la famille le poids de la culpabilité

Le médecin décide d'une réhospitalisation, pour ne pas faire porter à la famille le poids de la culpabilité
Crédit photo : Phanie

La Haute Autorité de santé (HAS) l’assure : elle n’a pas attendu l’affaire du Dr Méheut-Ferron, mis en examen pour avoir administré du midazolam à cinq patients, pour se pencher sur la question de l’accès, en particulier en ville, aux médicaments permettant de pratiquer une sédation profonde et continue maintenue jusqu’au décès (SPCMD).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte