Accompagner une fin de vie à domicile

Entre technique et éthique  Abonné

Par
Coline Garré -
Publié le 16/01/2020
La mise en examen d'un généraliste pour avoir administré du midazolam à des patients en fin de vie a mis en lumière la délicate prise en charge de la fin de vie à domicile. Au-delà des défis matériels bien réels se posent aussi des questions éthiques spécifiques au domicile.
Un quart des Français décède vraiment à domicile

Un quart des Français décède vraiment à domicile
Crédit photo : Phanie

L'affaire du Dr Jean Méheut-Ferron pourrait être de celles qui font bouger le cadre de la fin de vie en France. En particulier à domicile, où la majorité des Français déclarent vouloir mourir, quand seulement un quart y décède vraiment. 

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte