ECNi : les pistes pour en finir dès 2023

ECNi : les pistes pour en finir dès 2023

Sophie Martos
| 05.06.2018
  • ecni

Missionnés par le gouvernement après le fiasco des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) 2017, Quentin Hennion-Imbault, ancien membre de l'ANEMF, et le Pr Jean-Luc Dubois-Randé, ex-président de la conférence des doyens, recommandent une refonte totale du second cycle des études et la suppression des épreuves classantes nationales (ECN) dès 2023, révèle leur rapport définitif.

Le document d'une centaine de pages détaille 13 mesures visant à rendre le second cycle plus professionnalisant. Mais la piste emblématique reste la disparition des ECN sous leur forme actuelle au profit d'une régulation en « matching » (également appelée appariement étudiant-poste) inspirée des systèmes canadiens et américains.

« Les ECNi sont collectivement décriées aussi bien par les étudiants que par les enseignants et les professionnels », lit-on dans le document. Le dispositif est à bout de souffle. « Les ECNi écrasent les emplois du temps, les étudiants révisent plus qu'ils ne sont en stage », a expliqué Quentin Hennion-Imbault lors de la présentation du rapport à la Paris Healthcare Week à Paris.

Vœux et scores

Le nouveau schéma permettrait de rapprocher un étudiant d'un poste de l'internat grâce à un score défini par trois critères, comme l'avait déjà confié le Pr Dubois-Randé au « Quotidien » en décembre. Les connaissances théoriques, les compétences cliniques et relationnelles et le projet professionnel de l'étudiant reflété par son parcours « témoignant de ses affinités avec telle ou telle spécialité, tel ou tel territoire, tel ou tel mode d'exercice et valorisant ses initiatives », précisent les auteurs.

Les étudiants formuleront plusieurs vœux en sixième année pour candidater aux postes de l'internat ouverts. « Un classement est édité pour chaque poste (selon les pondérations qui lui sont propres) et un algorithme permet la répartition des étudiants sur les postes en fonction de l'adéquation entre les profils et les postes », lit-on.

Suppression progressive en 5 ans

Des mesures transitoires sont prévues. Dès la prochaine rentrée, les étudiants de l'externat prendront connaissance des nouvelles modalités et verront le certificat de compétences cliniques (CCC) harmonisé. Des stages de découverte et de sémiologie seront introduits dès le premier cycle.

En 2019, le référentiel des connaissances théoriques devra avoir été revu et être moins volumineux. Les externes (4e et 5e année) devront avoir des stages plus diversifiés. Des examens sur table se dérouleront en 5e année en deux temps – un examen basé sur les connaissances incontournables et un autre plus spécialisé.

En 2020, le nouveau second cycle devra être opérationnel. Les étudiants entrant en 4e année seront évalués sur chaque critère (connaissances, compétences et parcours) et caractérisés par des scores. À l’issue de cet externat nouvelle formule, en 2023, ils seront les premiers à expérimenter la plateforme de matching. Si la réforme est validée par la tutelle... 

Arbitrages attendus 

La suppression des ECNi s'inscrit dans une réforme plus large visant à remodeler le second cycle dans un sens plus professionnalisant. Plusieurs pistes ont déjà été avancées par l'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) à l'automne 2017.

Les jeunes veulent des stages plus diversifiés en dehors de l'hôpital et dès le premier cycle (recommandations formulées dans le rapport). L'instauration de bilans d'orientation réguliers pour mieux construire leur projet professionnel est aussi évoquée. La sixième année fera peau neuve et se transformera en une année de stages cliniques permettant à l'étudiant de tester des spécialités dans lesquelles il souhaite s'orienter.

Les ministères n'ont pas encore donné suite au rapport. Interrogé par « le Quotidien » fin mai, l'ANEMF espère que des décisions seront communiquées « avant juillet »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
buzyn urgences

Buzyn débloque 70 millions d'euros pour répondre à la crise des urgences

Agnès Buzyn a annoncé ce vendredi 14 juin le déblocage de 70 millions d'euros en réponse à la crise qui secoue les urgences depuis trois mois. La ministre de la Santé avait réuni avenue de Ségur une cinquantaine de représentants... 9

Drépanocytose : les promesses d'un médicament oral ciblant l'hémoglobine S anormale

drépanocytose

De nouvelles perspectives thérapeutiques s'ouvrent dans la drépanocytose. Alors que la thérapie génique par Lentiglobin (Bulebird) avance à... Commenter

Dans le Val-d'Oise, les médecins de PMI confient leur mal-être au secrétaire d'État Adrien Taquet

pmi

« Nous avons des difficultés à répondre aux besoins de la population ». Ce froid constat du Dr Florence Fortier, chef du service de protecti... 6

La mutation « remarquable » du centre psychothérapeutique de l'Ain saluée par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté

« Évolution remarquable » : c'est en ces termes que la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) salue les efforts four... Commenter

Ce que les jeunes médecins veulent en priorité ? Sept leaders prennent position

Ce que les jeunes médecins veulent en priorité ? Sept leaders prennent position-0

Comment améliorer l’exercice de la médecine dans les prochaines années ? Le « Quotidien » a posé la question aux représentants syndicaux... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter