Le virus Epstein-Barr lié à 7 maladies auto-immunes dont le lupus et le diabète

Le virus Epstein-Barr lié à 7 maladies auto-immunes dont le lupus et le diabète

Fabienne Rigal
| 16.04.2018
  • virus Epstein-Barr

    Le virus Epstein-Barr lié à 7 maladies auto-immunes dont le lupus et le diabète

Plusieurs études ont déjà montré une association entre l’infection par le virus d’Epstein-Barr (EBV, qui provoque la mononucléose infectieuse) et le développement de diverses maladies auto-immunes, et en particulier le lupus. Une nouvelle étude, dont les résultats sont parus dans « Nature Genetics », montre l’implication d’EBNA2, une protéine produite par l’EBV, dans cette association.

Cette protéine virale, produite par le virus quand celui-ci infecte les cellules B humaines, peut activer des gènes associés avec une augmentation du risque d’auto-immunité. EBNA2 va en effet recruter des facteurs de transcription (FT) humains et, avec eux, activer certains loci associés au risque de lupus.

Un rôle majeur des cellules B infectées

Les associations génétiques à l’origine des maladies sont très complexes à élucider et les interactions gènes/environnement ajoutent une couche de complexité. Les chercheurs ont utilisé un algorithme nommé RELI pour identifier les loci associés au risque de développer un lupus et qui se lient aussi à EBNA2, en comparant des personnes ayant développé cette maladie auto-immune (MAI) avec des personnes non atteintes.

Ils sont parvenus à des résultats suggérant fortement un rôle majeur des cellules B infectées par l’EBV et exprimant EBNA2 dans le développement du lupus. « Nous avons été surpris de constater qu’environ la moitié des loci humains connus pour contribuer au risque de lupus étaient aussi des sites de liaison d’EBNA2 », indique le Dr John Harley, auteur principal de l’étude. « Ces résultats suggèrent que l’infection à EBV peut conduire à activer ces loci et contribuer au risque individuel de développer la maladie. » D’autres MAI ont montré une forte association avec EBNA2 : la sclérose en plaques (SEP), la polyarthrite rhumatoïde (PR), le syndrome de l’intestin irritable (SII), le diabète de type 1 (DT1), l’arthrite juvénile idiopathique et la maladie cœliaque.

Les auteurs notent que quatre des 20 principaux facteurs de transcription présents avec EBNA2 sur les loci associés au risque de développer une MAI (soit MED1, p300, NFkB1 et NFkB2) peuvent être ciblés par au moins un médicament déjà existant. « Ces résultats offrent des perspectives pour le développement de futures thérapeutiques permettant de manipuler l’action de ces facteurs de transcription chez les individus portant des loci associés au risque de MAI », concluent-ils. 

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Soignants en souffrance : avec la création d'un réseau national, l'association SPS met le turbo

En seulement trois années d'existence, l'association Soins aux professionnels en santé (SPS) a renversé la table en matière de prise en... 1

Le Caravage, victime d’un staphylocoque doré il y a 400 ans

Caravage

Quatre siècles après le décès d’un des plus grands peintres italiens du XVIIe siècle, une équipe franco-italienne élucide les causes du... 6

Carabins et internes auscultent le plan Macron : de bonnes idées... et des risques !

paces

Ni carton rouge, ni chèque en blanc : les étudiants en médecine (ANEMF), internes (ISNI et ISNAR-IMG) et jeunes praticiens (chefs de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter